Archives

L’esprit Charlie Hebdo

CAPA

Après les trois jours qui ont marqué notre pays à jamais, CAPA et 66 Minutes ont choisi de montrer qui était cette bande d’amis qui alliait, depuis plus de vingt ans, dessin satirique et journalisme. 

Charlie Hebdo trois ans plus tôt. Luz, Tignous, Charb et Cabu, tantôt concentrés, tantôt hilares, débattent, comme chaque semaine, de la couverture du mercredi suivant. Leur credo : s’en prendre aux hommes de pouvoir et déconstruire l’image qu’ils se sont fabriquée, pour donner au lecteur de quoi en refabriquer une, peut-être plus juste. Ou, pour le dire à leur manière, « se foutre de la gueule des gros cons ».

Ces irréductibles se battent ou se battaient pour une liberté d’expression – et de blasphème – autrefois durement gagnée. Les caricatures de Mahomet réalisées par Cabu, le procès et le non lieu qui s’en sont suivi a été une piqure de rappel que l’on doit au journal : dans une société laïque et pluraliste, le respect de toutes les croyances doit aller de pair avec la libre-critique des religions.

 Au lendemain de l’attentat, les proches des victimes réagissent, chacun à sa façon. Le journaliste Antonio Fischetti et le dessinateur Luz se remettent au travail. Le journal doit continuer. Caroline Fourest, elle, était une amie du rédacteur en chef : « je crois que Charb aurait halluciné qu’on sonne les cloches de Notre-Dame pour eux. Que Christine Boutin ait prié pour eux. Qu’Arnold Schwarzenegger se soit abonné, que Poutine ait aussi rendu hommage ».

« L’Esprit Charlie Hebdo », un film de Ibar Aibar, Anthony Orliange, Rola Tarsissi, Nicolas Combalbert, Julie Pellet et Constance de Guernon.